Les marchés d’Otavalo

Otavalo est une ville du nord de l’Équateur, connue pour son marché aux bestiaux,  réputé comme l’un des plus grands marchés d’Amérique du Sud.

Nous n’avions pas pu nous y rendre par manque de temps après notre arrivée à Quito car nous devions attraper notre vol pour les Galápagos. Nous décidons de faire un petit détour et d’y aller en revenant des îles tellement toutes les personnes croisées en route nous en disent du bien.

Arrivés un jeudi soir, nous avons le temps de prévoir quelques activités avant le grand marché aux bestiaux du samedi matin. Nous prévoyons de flâner au marché artisanal du centre-ville et d’aller au Parc Condor.

Le Parc Condor

Le parc Condor, situé en bordure de la ville d’Otavalo, regroupe de nombreuses espèces de rapace, certains atteignent des tailles impressionnantes.

Nous verrons de nombreux hiboux, aigles et condors qui ont été recueillis par le parc suite à des blessures ou à la destruction de leur habitat naturel.

Nous sommes émerveillés par leurs couleurs, noir, blanc, gris, orange et différentes teintes de marrons et par leurs plumages impressionnants (et par leurs drôles de têtes). Et plus particulièrement par le Condor des Andes qui est aussi gros qu’un labrador et dont les ailes atteignent les 3 mètres d’envergure une fois déployées.

Par contre sur les écriteaux, le mot déforestation apparait un peu trop souvent à notre goût et nous rappelle que l’activité humaine menace de nombreuses espèces animales.

Malheureusement pour nous, le temps est pluvieux et la démonstration de vol quotidienne est annulée. On rentre se mettre au chaud d’autant plus que Maxime a attrapé froid la veille et n’est pas très en forme.

Le marché artisanal d’Otavalo

Le marché occupe toute la place Los Ponchos et toutes les rues adjacentes. C’est vraiment grand ! Sur les étals nous découvrons des articles variés : les classiques ponchos, pull et écharpes en alpaga, mais aussi des bijoux, des sculptures en bois, des tapis, des couvertures etc.

Marché artisanal d'Otavalo
Marché artisanal d’Otavalo

En demandant un peu les prix, on se rend compte que la négociation est de mise. Et la marge est importante. Les écharpes en alpaga tombent de 9$ pièce à 5$ sans que l’on ne demande rien.

L’alpaga est réputé pour sa qualité et sa chaleur, on se dit qu’un prix pareil c’est louche ! En réalité les articles ne sont pas complètement en alpaga, ils sont mélangés avec du coton, de la laine de lama, de mouton ou de l’acrylique (du bon synthétique quoi). Les vendeurs oublient simplement de le préciser quand ils nous abordent avec leurs « Alpaca ! Alpaca ! ». Par contre la majorité de ceux à qui l’on a demandé nous ont bien confirmé que les textiles étaient mélangés. Mais ne sachant plus trop si l’on doit les croire ou non, nous n’avons rien acheté !

Marché artisanal
Les souvenirs du Marché artisanal

Le marché aux bestiaux d’Otavalo

Le marché aux bestiaux est un peu excentré de la ville. Et on comprend pourquoi. Ici, tous nos sens s’agitent. Il y a des animaux un peu partout, dans les bras des gens, tenus en laisse ou dans des sacs.

Marché aux bestiaux d'Otavalo
Marché aux bestiaux d’Otavalo

On a un peu mal au cœur quand on voit les conditions des animaux.

Cochon dans les bras
Ça va plus vite avec le cochon dans les bras

Les porcs hurlent à chaque fois que leurs propriétaires tentent de les déplacer. Ces cris stridents nous font nous retourner tous les 2 mètres. Sans parler de l’odorat… Vaches, cochons, poules, lapins, cochons d’inde et chevaux font un mélange explosif comme vous pouvez l’imaginer. Nos narines sont mises à rude épreuve !

Poussins
Des petits poussins !

Et alors, c’était bien les marchés d’Otavalo ?

Nous avons fait un petit détour pour le fameux marché aux bestiaux d’Otavalo. Franchement, nous en avons fait le tour en une heure et si on n’avait pas pu venir, nous aurions survécu. La ville en elle même est sympa sans être exceptionnelle. C’est une bonne étape entre la frontière colombienne et Quito, la capitale d’Équateur mais ça ne valait pas un détour!

Infos pratiques

  • Se rendre à Otovalo depuis Quito : 2h en bus depuis le terminal El Carcelen. Prix 2,70$/pers.
  • Le marché aux bestiaux a lieu tous les samedis. Le marché d’artisanat en centre-ville est ouvert tous les jours et s’étend encore d’avantage le samedi matin.
  • Parc Condor : Pour s’y rendre, prendre un taxi depuis le centre-ville. Prix forfaitaire de 4$. Au retour demandez à l’accueil du parc qui pourra appeler un taxi. Prix d’entrée du parc : 4,5$/pers.

2 commentaires sur “Les marchés d’Otavalo

Ajouter un commentaire

  1. Dommage de ne pas préciser que l’on peut aussi marcher pour aller au parc Condor. On revient d’une marche au Lechero puis à la cascade et on a vu zéro touriste ou locaux marcher. Quel dommage car on respire les pots d’échappement des autres qui sont trop faineants pour marcher ou prendre un bus local. Le bus pour rentrer coûte 0,3$. J’adore votre article mais pensez un peu à cette pauvre planéte et surtout à l’air équatorien surchargé des pestilances automobiles.

    J'aime

    1. Bonjour Cyril,

      Oui c’est vrai que l’on peut y aller à pied. Il y en a environ pour une heure il me semble.

      Nous pensons à la planète dès que l’on peut. Mais dans ces voyages, entre la fatigue et le temps sur place qui est parfois compté, on a tendance à aller vers la facilité !

      Maxime

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :