Une semaine à Quito (2/2)

Deuxième partie de notre passage à Quito. Si vous avez raté le début, c’est par ici !

Coucou présidentiel

A Quito, tous les lundis à 11h, le Président et les membres du gouvernement saluent la population depuis le balcon du palais présidentiel.
Comme nous ne sommes à Quito qu’une semaine il ne faut pas qu’on loupe ça !!!

Pourtant, nous arrivons moins une pour assister à la relève de la garde et à l’entrée de Lenin Moreno, le président Équatorien. Heureusement, l’événement dure presque une heure. A ce moment là on remet un peu en cause la productivité des politiques Équatoriens, enfin… au moins le lundi matin.

170918_111339_Equateur_J_0060_light
Garde Nationale montée

Si vous êtes à Quito un lundi matin, foncez-y, c’est top. On a vraiment apprécié voir le Président et la cavalerie d’aussi prêt et on a pu découvrir pour la première fois l’hymne du pays joué par les gardes musiciens et entonné par les habitants de Quito.
Assister à la relève de la garde est un spectacle réjouissant. A quand le coucou présidentiel en France ? (Remarque, c’est peut être pas une si bonne idée…)

 

Catedral del voto nacional

La construction de la Catedral del voto nacional est décrétée en 1883 mais pour des raisons essentiellement financières, elle débutera réellement en 1887. Après plusieurs pauses dans sa construction par manque de fond, elle sera terminée en 1924. Il s’agit d’un édifice de style neogothique.

170915_175432_Equateur_M_0990r_light
Catedral del Voto Nacional

L’entrée des tours est payante et pour la modique somme de 2$ par personne nous gravissons les innombrables marches menant au point de vue. Bon, en fait, on a pris l’ascenseur mais par  contre, on est bien redescendu à pied.

Pour rejoindre le premier point de vue, nous traversons un pont en bois branlant au dessus des combles. C’est bien la première fois que nous avons la chance d’admirer les coulisses d’une cathédrale. Ensuite, nous montons les marches vraiment raides, d’ailleurs cela ressemble davantage à une échelle qu’à des escaliers. Si vous avez le vertige, mieux vaut se contenter du premier étage.
Sinon la vue vaut vraiment les efforts fournis alors cramponnez-vous !  On aperçoit le Panecillo au loin (comme d’un peu partout à Quito) entre les deux horloges de l’église. Magnifique !

 

Nous poursuivons le chemin qui nous mène en haut de l’une des tours de l’horloge. Pas de chance, les horloges doivent être en panne et les mécanismes habituellement en action restent immobiles pendant notre visite. La vue ne change pas et nous la trouvons même un peu plus agréable depuis le premier point de vue. Si vous craignez les hauteurs, privilégiez les tours, l’accès est bien plus facile.

Depuis les étages nous apercevons l’intérieur de l’église mais si nous voulons y pénétrer, il faut à nouveau sortir le porte monnaie. Nous passons notre chemin.

170917_145611_Equateur_M_1132r_light
Vue sur la ville depuis le Panecillo

Téléphérique

Le téléphérique de Quito nous monte en quelques minutes à 4 000 mètres d’altitude au dessus de la ville. Enfin … quelques minutes, c’est un bon quart d’heure quand même ! La chance nous sourie et le temps est dégagé. Nous allons pouvoir observer un maximum de montagnes !

Plusieurs sommets enneigés pointent le bout de leur nez mais impossible de les différencier. Heureusement, des écriteaux nous indiquent leurs noms et nous précise leur hauteur. Ils sont tous plus impressionnants les uns que les autres bien qu’ils soient tout petits vus d’ici. Nous photographions ainsi le Cayambe (5790m), l’Antisana (5758m) et le Cotopaxi (5897m).

 

A cette altitude, le froid est saisissant. Couvrez-vous et tartinez vous de crème solaire, car le vent souffle fort et le soleil n’est jamais loin.

 

Plusieurs points de vue s’offrent à nous, parfois séparés de plusieurs centaines de mètres et le chemin est ponctué de quelques montées. A cette altitude on marche trèèès lentement et on respire comme Dark Vador ! On profite de la vue panoramique avant de prendre notre envol vers les iles Galápagos !

 

Infos pratiques

Salut présidentiel

Tous les lundis matin sur la Plaza Grande.

Téléphérique

Pour s’y rendre, il faut prendre un taxi car le téléphérique est assez éloigné du centre ville. Pour le retour, des taxis partagés à 1$/pers. desservent la ville mais il faut s’armer de patience parce qu’il ne part qu’une fois plein.

L’entrée du téléphérique coûte 7,5$/pers.

Catedral del Voto Nacional

Nous nous y sommes rendus à pied depuis le centre historique en 20 minutes environ. L’entrée dans les tours coûte 2$ /pers.

Un commentaire sur “Une semaine à Quito (2/2)

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :