Cartagena, 35°C à l’ombre

Cartagena, ou Carthagène des Indes, est une ville du nord de la Colombie. Elle est connue pour son passé espagnol, les fortifications qui l’entourent et qui abritent son centre historique haut en couleur.

maisons coloniales.jpg

La ville se situe à environ 1h30 en avion depuis Bogotá. Ou alors 20h de bus. Pour nous, le choix est vite fait. Nous avons le temps de voyager, certes, mais nous ne sommes pas encore prêts à passer une journée complète dans un bus. On s’envole donc direction le soleil de Carthagène !

Hotel de ville Cartagena
Hotel de ville Cartagena

La météo, c’est plus ce que c’était

Depuis 3 jours, nous surveillons la météo. Et depuis 3 jours elle annonce de la pluie. Mais en arrivant sur place, la ville nous accueille avec une chaleur écrasante de plus de 35°C et un grand soleil. Cela nous change radicalement de Bogotá et sa température moyenne de 18°C. Dès notre arrivée à l’hôtel, nous déposons nos valises et filons dans le centre boire un verre sur une terrasse ombragée. La terrasse à peine quittée nous transpirons à nouveau à grosses gouttes et l’idée d’aller s’enfermer dans la chambre d’hôtel la clim allumée à fond nous traverse l’esprit mais nous avons trop envie de visiter la ville.

Rue de Cartagena
Rue de Cartagena

Un peu d’histoire

Carthagène des indes doit son nom au fait que c’est un peuple indien, les Calamarí, qui vivaient sur place avant la colonisation espagnole. Idéalement située au bord de la mer des Caraïbes, Carthagène devint un haut lieu de l’esclavagisme et du transport de l’or qui filait droit des empires incas et aztèques dans les caisses d’Espagne.

Corsaire amaré à Carthagène
Corsaire amaré à Carthagène

Attirés par les quelques tonnes d’or qui passaient par là, des corsaires français et anglais attaquent la ville à plusieurs reprises. Pour se défendre, des remparts sont érigés tout autour de la ville, sur environ 12 kilomètres et le fort de San Felipe de Barajas est chargé de protéger l’entrée terrestre de la ville.

Aujourd’hui, le fort et environ 8 kilomètres de remparts sont encore visibles.

 

Nous ne visiterons pas le fort qui ne semble pas présenter d’intérêt : peu d’explications, pas d’ombre pour se protéger du soleil et c’est payant. De plus, depuis le toit de notre hostel nous avons une très belle vue sur les grosses murailles du fort. Nous ferons par contre un petit tour sur les remparts qui conservent de nombreux canons de l’époque.

Centre historique et Getsemani

Petit dej a Cartagena
Petit déj des champions

Généralement nous sommes sur le pied de guerre entre 7h30 et 8h, pas faute d’essayer de dormir, mais entre les chambres sans volets, le lever de soleil à 5h52 et les bruits de la rue on peut difficilement faire autrement. L’avantage c’est que lorsque nous visitons les espaces verts de la ville, on rencontre toute une faune que l’on n’avait pas vue jusque-là : écureuils, oiseaux du coin, singe et autres monsieur-madame pas nets. Vous me direz aussi que se lever tôt permet d’entamer les visites sans avoir trop chaud mais ça ne fonctionne pas ici. Dès 5h30 du matin le thermomètre annonce déjà 27°C.

 

Le centre historique de la ville est rempli de maisons coloniales très colorées et plusieurs monuments ponctuent les visites : la tour de l’horloge à l’entrée de la vieille ville, le palais de l’inquisition ou l’église San Pedro Claver. Les balades à pied sont vraiment sympas et nous rappellent un peu l’ambiance détendue mais animée et bruyante qu’il y avait à Cuba surtout à La Havane et à Trinidad, on vous en parlait ici. On prend plaisir à se perdre dans les petites rues. On croise à Carthagène beaucoup plus de touristes qu’à Bogotá, il faut croire qu’ils cherchent en priorité le beau temps.

 

La chaleur est épuisante et nous contraint à prendre régulièrement des forces sur les rares terrasses que l’on trouve dans le quartier de Getsemani. On est d’ailleurs surpris de ne pas en voir plus, ici visiblement, on préfère les salles climatisées! De notre côté, nous privilégions les terrasses parce que les changements de température dans les cafés restaurants sont assez violents. Passer de 40° dehors à 22° en salle c’est un coup à être malade et notre trousse à pharmacie est riquiqui.

 

Ici, chaque porte à son histoire

Héritées de l’architecture coloniale, les maisons ont de vieilles portes équipées de heurtoirs originaux (le truc pour frapper à la porte à l’époque où il n’y avait pas de sonnette…). Lors de notre visite à pied de la ville, le guide nous apprend qu’on peut en rencontrer 5 types à Cartagène et que chacun donnait une indication sur le propriétaire de la maison : un lézard pour montrer sa richesse, un lion pour pour les militaires, un symbole de la mer pour les marins, une main fermée pour un homme religieux et enfin une main ouverte pour les femmes religieuses.

 

Pimp my ride est passé par là

De nombreux bus parcourent la ville, portes ouvertes, une personne accrochée à l’avant qui siffle les passants et leur donne la direction. Ce sont les busetas, qui assurent le transport entre les différents quartiers de la ville. Tous sont customisés par leur chauffeur, bleus, rouges, jaunes, verts et roses, ils sont tous originaux. Et c’est encore plus génial la nuit car ils sont bardés de néons de toutes les couleurs, c’est presque mieux qu’un tour en disco-bus. Ces transports sont en passe d’être remplacés par des véhicules plus récents, et plus sobres, par la municipalité.

 

Ces 3 jours à Carthagène auront suffit à bien visiter la ville et il aurait été possible de faire des excursions supplémentaires, même si nous avons préféré rester tranquilles car on sait que la plage nous attend à Tayrona.

 

Infos pratiques

Transports : de Bogota à Carthagène

  • Des vols fréquents sont proposés par les compagnies Avianca ou Viva Colombia (d’ailleurs pensez à imprimer les cartes d’embarquement pour Viva Colombia sous peine d’être délestés de 30 000 COP /pers – environ 8€).
  • En bus, on ne l’a pas tenté, mais plus de 20h sont annoncées par les compagnies comme Brasilia ou Berlinas.

Excursions possibles :

  • Visite guidée de la ville :  des guides locaux indépendants vous emmènent pour une ballade gratuite d’environ 2 heures dans Carthagène. Les explications sont de qualité et permettent d’en apprendre plus sur l’histoire des lieux. Les guides sont rémunérés au pourboire. Infos et inscriptions sur Free Walking Tour Cartagena.
  • Playa blanca : visiblement une superbe plage avec sable blanc et eau turquoise. N’étant pas préparés ni au bain de touristes ni aux vendeurs à la sauvette, nous n’avons pas tenté l’expérience.

Déjeuner ou diner :

Nous recommandons le Pezetarian. Situé entre la carrera 7 et la calle 36, c’est un restaurant japonais sous influence colombienne qui propose des plats vraiment beaux et bons. Le rapport qualité-prix est excellent : compter 50 000 COP, environ 15€, pour deux, plat et  boisson!

Un commentaire sur “Cartagena, 35°C à l’ombre

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :