Popayan, la ville blanche

Une ville étape

Popayan est une ville étape sur notre route entre le désert de la Tatacoa et le sanctuaire de Las Lajas. Nous ne pensions pas nous y arrêter, mais la décision s’imposera d’elle même vu la durée des trajets.

Partis à 6h45 du matin de Villavieja, nous sommes arrivés à 19h à Popayan après un interminable trajet sur un chemin de terre caillouteux et sinueux à travers le Parc National du Puracé.

La route n’est pas goudronnée. Vous allez me dire, normal, c’est un Parc National ! C’est vrai ! Ce qui est étonnant, c’est que dans les deux sens, les camions de transport de marchandises se suivent les uns les autres. En bref, notre bus roule à 30 km/h et nous secoue à chaque trou. On comprend pourquoi il faut plusieurs heures pour se rendre à Popayan.

Rue blanche, Popayan
Rue blanche à Popayan

C’est épuisés et l’estomac retourné par tant de virages que nous arrivons enfin à Popayan et il faudrait enchainer sur un trajet de 8 heures minimum pour rejoindre Ipiales. C’en est trop pour nous ! Nous voici donc installés à Popayan pour recharger nos batteries.

Mas que una ciudad blanca, Popayan
Mas que una ciudad blanca

La ville blanche de Colombie

Popayan est la capitale de la région du Cauca. Son surnom provient des bâtiments du centre ville qui sont de couleur blanche.

Torre del Reloj, Popayan
Torre del Reloj

Nous profitons de ne pas avoir à nous lever tôt et visitons la ville en dilettante. Popayan nous plait et nous décidons d’y rester une nuit supplémentaire avant de reprendre notre route.

Rue blanche, Popayan
Rue blanche

Cela nous fait aussi du bien de revenir dans une plus grande ville avec des commerces et des restaurants. On croisera d’ailleurs le groupe de voyageurs que nous avions rencontré à Villavieja et qui entre-temps est allé à San Augustin.

Infos pratiques

Transports

  • Trajet en bus de Villavieja à Neiva : la première buseta part de la place centrale de Villavieja à 6h du matin. Il y en a ensuite toutes les 45 minutes. Nous avons pris celui de 6h45. Arrivée un peu avant 8h au terminal de transports de Neiva.
  • Trajet en bus de Neiva à Popayan : prix 52 000 COP/pers. Le bus fait une étape par Pitalito, arrivée à 12h environ. Pause de 2h pour déjeuner. Départ à 14h et arrivée à 19h à Popayan. Le terminal de transports n’est pas très loin du centre, mais mieux vaut s’y rendre en taxi, le quartier ne nous a pas semblé très accueillant. Compter environ 4 000 COP.

Logement

Hôtel Arcada Payanesa : 120 000 COP pour une chambre double très correcte. L’hôtel était calme et bien situé.

Nourriture

La Deliciosa : un repas bon et équilibré (oui oui, avec des légumes!) est servi à l’almuerzo pour quelques COP. Le service est agréable et rapide.

Un commentaire sur “Popayan, la ville blanche

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :